Temps de lecture

6m 49s

Share

«La manufacture est en train de tuer l’horlogerie»

Le fondateur du motoriste Agenhor, Jean-Marc Wiederrecht, estime que la vague de verticalisations des années 2000 a considérablement appauvri le tissu des sous-traitants. Une situation qui a facilité l’automatisation galopante de l’horlogerie, qui rend aujourd’hui le niveau élevé des prix difficilement justifiable.   Officiellement, Jean-Marc Wiederrecht est à la retraite. Fondateur avec sa femme Catherine de l’atelier Agenhor, il y a plus de vingt ans, il a réussi à transmettre sa passion à ses deux fils, Nicolas et Laurent, qui ont repris l’entreprise familiale. Pour autant, l’horloger n’a jamais eu une actualité aussi dense: tout frais lauréat du Prix G . . . Abonnez-vous à la Gold'Or pour continuer

Veuillez vous connecter svp.

Si vous n'avez pas d'abonnement Gold'Or,
vous pouvez vous abonner ici.

Thèmes similaires

L’art du remontage

Concours 2017 de l’Institut Horlogerie Cartier – les pièces gagnantes.

plus

Les horlogers sont à la recherche de solutions

 L’horlogerie suisse est-elle allée trop loin dans l’augmentation des prix, dans l’automatisation des manufactures, dans l’autosatisfaction? La chute des exportations . . .

plus