Temps de lecture

3m 19s

Share

L’art des bijoux souples

Gold’Or: Arnd Bentner, estimez-vous que l’année a été satisfaisante jusqu’ici?

Arnd Bentner: Nous avons bien commencé avec les salons du printemps. Nous apprécions particulièrement le salon Inhorgenta à Munich, lors duquel nous avons affiché presque complet durant les trois premiers jours. Le salon Inhorgenta a bien pris les choses en mains et attire de plus en plus de visiteurs internationaux. Le marché suisse est à notre sens également touché par ce développement dont les effets se font ressentir depuis 2018 et qui a connu une nouvelle progression cette année. Un nombre plus important de visiteurs scandinaves étaient aussi présents. Globalement, il s’agit donc d’un bon début d’année pour nous.

Arnd Bentner

Quelle est l’importance du développement durable chez Silhouette?

Tout l’or que nous achetons à notre fournisseur principal, C. Hafner à Pforzheim, est de l’or recyclé. Cette approche est la bonne pour nous. Qu’y a-t-il de mieux en effet qu’un matériau qui existe déjà? Il est ainsi possible de réduire la spoliation des terres ainsi que d’utiliser moins d’engins et de produits chimiques. Le consommateur a quant à lui encore plus de plaisir à porter son bijou.

Vous êtes également membre de «Made in Germany».

Nous nous sommes joints à la nouvelle initiative pour des bijoux «Made in Germany» en 2016. Nous mettons la priorité absolue sur une production dans la région de Pforzheim et sur une bonne collaboration avec nos partenaires et nos fournisseurs. Ceci ne se répercute pas seulement sur la qualité de nos bijoux, puisque nous sommes aussi plus rapides et flexibles grâce aux trajets courts ainsi garantis. Être capable de réagir rapidement est aujourd’hui très important dans le domaine de la vente. Le client moderne souhaite avoir son bijou fini le plus rapidement possible en mains.

Quel est le niveau de personnalisation proposé par Silhouette?

Pour chaque bijou, nous pouvons demander à nos clients s’ils le souhaitent en or jaune, en or blanc ou en or rouge. Nous pouvons également satisfaire presque tous les souhaits en matière de diamètre de bagues ou encore de taille de bracelets. Nous réalisons aussi volontiers des finitions spéciales, soit de véritables pièces uniques, soit des collections spécifiques pour répondre à la demande des clients, et ce du dessin à la pièce finie, en passant par la modélisation 3D. La demande existant notamment en Suisse, nous avons par ailleurs introduit un nouveau concept pour la collection «Flex»: si des clients finaux se présentent chez le commerçant avec de vieilles bagues d’éternité qu’ils ne peuvent plus porter et dont le diamètre ne peut plus être modifié, nous pouvons généralement réutiliser les pierres pour en faire un bijou Flex.

Quelle direction souhaitez-vous emprunter avec Silhouette?

Nous voulons devenir le fabricant leader de bijoux souples en or. Cela signifie que nous misons sur un développement conséquent de tout ce qui est souple. Développer des bijoux innovants est un processus passionnant et une véritable source de plaisir. Ce segment connaît également un succès certain auprès de nos clients qui commandent régulièrement de tels bijoux. Nous nous réjouissons par ailleurs de poursuivre notre étroite collaboration avec nos commerçants spécialisés et leur proposons notre assistance pour organiser des événements tels que des présentations de collections, de modèles de bijoux et de conférences. Une démarche appréciée par le consommateur final et source de chiffres d’affaires plus élevés.

Êtes-vous satisfait du marché suisse?

La Suisse est notre marché d’exportations le plus important depuis plus de 100 ans. Nous connaissons un développement très positif en Suisse malgré un environnement globalement difficile. Je suis convaincu que nous trouverons également de nouveaux partenaires pour Silhouette cette année.

Thèmes similaires

News

Vever, une renaissance proche

Actuellement, c’est au Musée des Arts Décoratifs et au Petit Palais que de très belles pièces de la marque Vever peuvent être admirées.

plus
Focus
 

Et si nous enfilions quelques perles?

C’est enfin l’été et les journalistes spécialisés se disent qu’il serait plus que temps de parler de la perle ou, pour être plus précis, des perles.

plus
Trade
 

«En tant qu’indépendant, on est habitué à trouver des solutions»

Entretien avec le bijoutier-joaillier genevois Grégoire Engelberts au milieu de la crise.

plus