Temps de lecture

5m 30s

Share

GemGenève: les écoles ont tiré leur épingle du jeu!

Au moment où l’on apprend que Baselworld n’a toujours pas eu assez de temps pour préparer un salon dans lequel il faut simplement revenir à plus de sobriété, de bon sens et moins de bling-bling, on se demande comment GemGenève, en quelques petites semaines, a pu faire éclore une «challenging edition» avec tant de succès! Exit Baselworld (probablement à jamais …) et vive GemGenève 2022, du 5 au 8 mai!

Bref retour sur le succès de GemGenève 2021. Environ 4000 visiteurs pour cent vingt exposants passionnés et renommés, enthousiastes de se retrouver dans un contexte propice aux affaires, aux échanges et aux contacts privilégiés. C’est un peu moins qu’en 2019, contexte sanitaire toujours délicat oblige, … mais la qualité y était et les affaires furent bonnes.

9-2021_Stones_GemGeneve_004-Jury-du-Prix-de-la-Fondation-Eric-Horovitz 9-2021_Stones_GemGeneve_008-Broche-cab-emeraude-et-diamants 9-2021_Stones_GemGeneve_007-Diademe-platine-et-brillants 9-2021_Stones_GemGeneve_002-Plastron-1-et-2-Debusigne 9-2021_Stones_GemGeneve_001-Isabelle-Fa-Famille-Moessner 9-2021_Stones_GemGeneve_003-Hugo-Massy-Gold-Ans-Black-ETVJ 9-2021_Stones_GemGeneve_005-Alexandra-Jefford-onyx-et-diamant-Vivarium-2021 9-2021_Stones_GemGeneve_006-Cora-Sheibani-Almond-earings-Vivarium-2021
<
>
Il manque un membre du jury sur la photo réalisée lors de la remise du prix «coup de coeur» de la Fondation Eric Horovitz. De gauche à droite: Ida Färber, Marie Chabrol, Christine Horovitz et Catherine De Vincenti. Photo: GemGenève

Heureux de se retrouver

Parmi les nouveaux exposants de cette édition, la satisfaction était au rendez-vous. Chez IsabelleFa, la famille Mössner, Maîtres chaînistes, qui avait délégué la maman, un fils et une belle-fille, étaient enchantés. «Quel plaisir de se retrouver enfin!», exultait, tout sourire, Isabelle Mössner. «Nous étions idéalement placés au bas des escaliers roulants, on ne pouvait pas nous manquer! Ce fut l’occasion de faire découvrir notre «métier d’Art» car, en tant que maîtres chaînistes, nous réalisons entièrement tout à la main! Nous avons répondu à de nombreux amateurs et avons engrangé des contacts».

Le Designer Vivarium de Vivienne Becker

Comme à chaque édition Vivienne Becker, l’auteure et historienne du bijou, avait réuni quelques «jeunes pousses» qu’elle souhaitait mettre en avant. Tous valaient franchement le déplacement mais nous soulignerons le magnifique travail du collier «plastron» de la jeune marque Debusigne. Or gris brossé et petits diamants, taille brillant, sertis «mâtés» de manière aléatoire. Ce bijou, souple et alluré, peut être porté recto ou verso car, comme chacun le sait, l’envers doit être aussi beau que l’avers. Et le fermoir, judicieusement, le permet!

Présence des écoles

Plusieurs écoles de tous niveaux participaient, cette année, au salon. Si la HEAD (Haute Ecole d’Art et de Design de Genève) avait été particulièrement présente lors des deux précédentes éditions, d’autres instituts comme le CREA (Genève, Lausanne) – école dans le domaine du marketing, de la communication, du digital, du développement Web et applications et de la Direction Artistique – et l’ISG Luxury Geneva – école de Commerce, en Suisse, exclusivement dédiée à l’enseignement des Luxes – ont pu présenter leurs formations certifiantes. Néanmoins, nous aimerions nous arrêter sur les trois écoles de bijouterie suisses-romandes venues présenter leurs travaux pour un concours sur un thème très sobre: «L’année 2020».

ETVJ, CFP Arts et EAA

Ces trois établissements forment des bijoutiers en école ou en «dual» à Genève, Le Sentier (Vallée de Joux) et la Chaux-de-Fonds. Comme le souligne très joliment le Centre de Formation Professionnelle Arts, à Genève: «Se former à la bijouterie, c’est entrer dans le monde infini de l’élégance, du détail, de l’artisanat d’un geste de précision, historiquement au service du Beau, de la conception à la réalisation, de la nature des matériaux à leurs origines. La culture générale du métier passe par l’acquisition de connaissances pratiques annexes, comme la conception et la réalisation de maquettes appliquées au produit horloger, le sertissage, la fonte à la cire perdue, la mécanique ou le ciselage sur métal». Dans ces trois institutions helvétiques, on décerne un CFC (Certificat Fédéral de Capacité) et le choix de l’excellence est identique. Des directeurs, des doyens et des professeurs y veillent et chapeautent leurs élèves avec passion. Ce fut un plaisir de discuter avec ces étudiants qui ont une conception du bijou parfois assez différente des joailliers classiques et ont appréhendé l’année 2020 de façons très variées.

La Fondation Eric Horovitz

Si les étudiants des écoles CFC ont trouvé l’année 2020 «inspirante», Madame Christine Horovitz l’a jugée «créative». La fondation qu’elle a souhaité constituer est née le 17 mars 2020. «La création de la Fondation représente quelque chose d’extrêmement important à mes yeux», explique-t-elle. «Mon défunt mari Eric Horovitz (1943-2017) était passionné de pierres précieuses, de bijoux anciens et d’histoire et a travaillé plus de trente ans dans ce secteur. Il aimait partager ses connaissances avec quiconque s’y intéressait. C’est une façon pour moi de lui rendre hommage ainsi qu’à un secteur qui a façonné la personne que je suis aujourd’hui». Christine Horovitz, gemmologue, avait beaucoup d’intérêts communs avec son mari, à l’exception de l’équitation et de la plongée sous-marine, qu’ils ont chacun abandonné pour encore mieux travailler ensemble. L’objectif de la Fondation est de soutenir l’éducation et les jeunes talents dans ce secteur, notamment en fournissant des conseils sur l’évolution professionnelle et la formation continue. Eric Horovitz était associé avec Ronny Totah qui s’est allié avec Christine dans cette nouvelle aventure, sachant l’importance du développement d’une communauté de spécialistes pour le monde de la joaillerie d’aujourd’hui et de demain.

Le «coup de cœur»

Dans le cadre de cette édition post-Covid (croisons les doigts!) de GemGenève, sous la houlette de Christine Horovitz et d’un jury de professionnels, la Fondation a décerné un premier prix «Coup de Cœur» à l’un des étudiants des écoles CFC. Il s’agit de Hugo Massy, apprenti à l’ETVJ, pour la création d’une bague intitulée Gold & Black, avec une pierre qui observe son reflet sur un élément or poli miroir, tel un scintillement «chaud-froid». «Hugo Massy se verra offrir une formation de son choix selon ses besoins spécifiques. Nous sommes très fiers de pouvoir soutenir cet étudiant prometteur avec ce premier concours organisé au sein de GemGenève.»

Christine Horovitz a rencontré, durant GemGenève, de nombreuses écoles et personnalités qui permettraient, à l’avenir, des échanges entre les jeunes talents soutenus par la Fondation et le monde de la bijouterie-joaillerie-gemmologie, un peu partout dans le monde.

Catherine De Vincenti

erichorovitz.ch
hes-so.ch/domaines-et-hautes-ecoles/hautes-ecoles/haute-ecole-dart-et-de-design-geneve
creageneve.comisgluxury.chcfparts.ch
https://www.vd.ch/themes/formation/etablissements-de-formation/ecole-technique-de-la-vallee-de-joux/
eaa-la-chaux-de-fonds.ch/news
isabellefa.comdebusigne.com

Thèmes similaires

Jewellery
 

Les chemins de traverse de GemGenève

GemGenève, c’est également le travail de jeunes professionnels encore aux études, de la formation continue, des ateliers et des discussions avec des professionnels chevronnés. Et encore mille choses…

plus
News

Grand succès pour la 4e édition de GemGenève

Les organisateurs de GemGenève tirent un bilan très positif de l’édition 2022 du salon.

plus
News

«Un programme bien chargé»

Le salon GemGenève ouvrira ses portes du 5 au 8 mai à Palexpo. Avec beaucoup de highlights, dont un programme de conférences bien chargé.

plus