Temps de lecture

5m 57s

Share

Mathieu Dekeukelaire, le couteau suisse du salon GemGenève

Mathieu Dekeukelaire, bien qu’âgé de trente et un an seulement, a «accouché» avec Ronny Totah et Thomas Färber du Salon international genevois GemGenève dont il est devenu le Directeur. Il le suit avec discrétion et compétence, sourit à son développement et emmagasine tout ce qu’il peut sur ce milieu joailler qui, au départ, lui était assez méconnu.

 

«Mathieu? C’est une perle! Je ne sais pas ce que nous ferions sans lui. C’est un gros bosseur, un organisateur rigoureux et un homme charmant», dixit Ida Färber, fille de Thomas l’un des deux organisateurs. Thomas Färber et Ronny Totah souhaitaient un salon à taille humaine (surtout après la Bérézina de Baselworld), fait, en premier lieu, par des exposants pour des exposants mais également pour un public averti de professionnels de haut vol et d’amoureux des bijoux anciens, de diamants exceptionnels et de pierres de couleur. Le très jeune Mathieu Dekeukelaire venait d’arriver en Suisse, à Palexpo, et souhaitait travailler dans l’événementiel. C’était un signe du destin.

Un Belge en Suisse

Dekeukelaire, d’origine belge comme son nom l’indique, a débuté sa carrière par une grande Ecole de Commerce française par laquelle il est entré dans le monde du luxe. Un premier stage dans l’Art Contemporain l’a mis en contact avec le salon Artgenève (art contemporain et moderne) qui, depuis onze ans, est installé dans la capitale genevoise. Pour sa première année à Palexpo, le plus international des centres de congrès et d’exposition de Suisse, Mathieu Dekeukelaire est nommé chef de projet de la première édition de GemGenève. Il s’y est immédiatement senti à l’aise. Joaillerie et pierres précieuses satisfont son goût d’esthète. «Depuis, ce sont cinq années de découvertes du milieu joaillier dont je constate tous les jours le vaste éventail», précise, avec un grand sourire, Monsieur le Directeur.

Les tâches du Directeur

Mathieu intervient sur tous les aspects du salon, de la communication à la gestion de budget et des partenaires, sans oublier la décoration, la logistique et la sécurité. Heureusement pour GemGenève, Dekeukelaire adore relever tous les challenges. «Nous sommes une équipe très restreinte à travailler sur ce salon qui possède une renommée internationale», précise-t-il. «Cinq personnes très flexibles et, depuis peu, un stagiaire!» Avec Nadège Totah et Ida Färber, les filles de …,  il a appris à connaître les exposants du monde entier, leurs désirs et leurs inclinations; les écoles professionnelles de Suisse et d’ailleurs; les jeunes créateurs qui, avec le salon, obtiennent un tremplin extraordinaire. En outre, il prend plaisir à développer l’offre culturelle, élaborant des projets éducatifs, des conférences et des expositions remarquables qui font de GemGenève une véritable «formation continue».

 

Mathieu intervient également sur les projets éducatifs du salon GemGenève. A chaque édition, des conférenciers et conférencières connus animent un programme très varié. Amanda Triossi s’exprimant sur l’histoire de Bulgari. Photos: CdV Consulting

Touch and Feel

«Grâce ou à cause du Covid, on se rend bien compte que les exposants ont besoin des salons pour montrer et faire connaître leurs nouveautés, se retrouver, déceler les tendances, etc.», jubile Ida Färber, «Touch & Feel, ça a toujours été ma devise. On peut désormais faire beaucoup de choses par internet mais dès qu’il s’agit d’un coup de cœur ou de pièces importantes, rien ne vaut le ressenti du spécialiste. C’est un peu comme l’Œil de l’expert en peinture à qui ne peut suffire une photo, même en couleur, pour une attribution sérieuse». Mathieu Dekeukelaire acquiesce d’un signe de la tête car, après cinq ans de GemGenève, il en est plus que persuadé.

Les petites mains invisibles

Ronny Totah n’a pas eu besoin de beaucoup de persuasion pour convaincre Mathieu de ne travailler que pour le salon joaillier. Ce dernier sait qu’il peut compter sur les équipes techniques de Palexpo, environ 120 personnes pour le montage et le démontage des stands en temps et en heure. Une trentaine de charmantes hôtesses se battent pour revenir d’une année sur l’autre sur cet événement de qualité où les exposants comme les visiteurs ne sont pas surexcités.

La sixième édition

Cette année, GemGenève investira pour la première fois la Halle 1 de Palexpo, plus vaste. Ça tombe bien car, pour cette 6e édition, il y aura un nombre record d’exposants. L’occasion d’assembler les stands différemment, de brasser à nouveau anciens et récents participants. Un plan «de table» diplomatique et tactique dans lequel Nadège Totah est passée maître. Une école étrangère défiera également les institutions genevoises. Mathieu souhaite surtout valoriser encore mieux les métiers d’Art et mettre en lumière des professions telles que lapidaire, gainier, émailleur, plumassier et autres. Il peut s’appuyer sur la Fondation Eric Horovitz dont l’objectif est d’accompagner les jeunes talents dans l’industrie de la joaillerie et de soutenir la formation continue dans ce domaine. Cette année encore, la Fondation décernera son prix à un des apprentis des écoles romandes qui aura la possibilité de se former dans une branche complémentaire ou connexe.

 

Avec Ida Färber, Nadège Totah (de gauche à droite) et Mathieu Dekeukelaire l’arrivée de la jeune génération se fait calmement et dans la confiance. Photo: GemGenève

 

L’avenir du salon et de son directeur

Il paraît acquis que, désormais, le salon aura lieu deux fois par année durant la semaine des ventes aux enchères genevoises de mai et novembre. Quant à Mathieu Dekeukelaire, après avoir obtenu une Maîtrise en droit des affaires à l’université Panthéon-Sorbonne puis un Master en Droit International et Droit Européen à l’Université de Toulouse, ce passionné de droit qui, dit-il, «structure l’esprit», songe à un PhD en Droit à l’Université de Genève. Réseaux et éthique, Kimberley process, etc., cette étude serait bien ancrée dans le réel. Droit et littérature sont «des mots qui vont très bien ensemble», comme le chante les Beatles, car Mathieu croit à la puissance des mots derrière quelques lignes de droit, parfois absconses.

Des idées, Mathieu en a plein la tête pour faire évoluer le salon. Son couteau suisse à lui est un modèle XXL! Rendez-vous du 11 au 14 mai à Genève pour constater toutes les nouveautés.

Catherine De Vincenti

Photo: Mathieu Dekeukelaire est apprécié de tous à GemGenève où il est arrivé par la porte de Palexpo. Le monde de la joaillerie et des pierres précieuses lui a appris l’essentiel après cinq ans et bientôt six éditions.

Thèmes similaires

Jewellery
 

Métaphysique des nœuds dans la joaillerie

Petite histoire des nœuds dans la joaillerie du XVIe siècle à nos jours.

plus
Stones

L’héritage de cristal de Tom Munsteiner

Tom Munsteiner, cinquante-quatre ans, est décédé le 28 décembre 2023. Retour sur une famille d’artisans qui a révolutionné l’art de la taille de la pierre de couleur aux XXe et XXIe siècles.

plus
Jewellery

Les sept vies de GemGenève!

Les organisateurs du salon GemGenève ont tiré un bilan positif de l’édition de début novembre,

plus