Share

Swatch Group quitte Baselworld

Dès l’année prochaine, le Swatch Group fera l’impasse sur Baselworld. Nick Hayek, le directeur de la holding biennoise, en a fait part à la fin juillet. L’avenir semble donc incertain pour le salon mondial de l’horlogerie et de la bijouterie, qui vient de perdre son plus grand exposant.

A la fin juillet, Nick Hayek a indiqué à la NZZ am Sonntag que le Swatch Group ne sera plus présent à Baselworld dès 2019. Il a précisé qu’aujourd’hui tout est devenu «plus transparent, plus rapide et plus spontané», de sorte que les traditionnelles foires annuelles de l’horlogerie ont perdu de leur importance pour le Swatch Group. En outre, Nick Hayek ainsi que d’autres opérateurs critiquent la communication déficiente de la direction de la foire qui a envoyé le 8 juillet une invitation écrite à l’édition 2019. Ce courrier s’accompagnait d’informations sur la nouvelle répartition des halles, décidée toutefois sans consultation préalable des principaux acteurs concernés.  

Dans un communiqué de presse, Michel Loris-Melikoff, le nouveau directeur de la foire, rejette ces reproches. Néanmoins, la constatation que Nick Hayek a dû s’exprimer publiquement presque une semaine après avoir informé par écrit la direction de la foire le 24 juillet ne parle pas en faveur d’une politique de communication ouverte.

Une décision définitive  

D’autre part, Nick Hayek a démenti face au magazine «Finanz und Wirstchaft» les rumeurs selon lesquelles il serait susceptible revenir sur sa décision. «Le Swatch Group ne prendra plus part à Baselworld ni en 2019 ni au cours des années suivantes, quelles que soient les initiatives qui pourraient jaillir d’une pochette surprise.» Dans un entretien accordé à la chaîne d’information CNBC, Nick Hayek a laissé entendre que le groupe réfléchissait à l’organisation de sa propre manifestation.

Pour la direction de Baselworld, qui n’a enregistré cette année que 650 exposants – un nombre en recul de 50 pour cent par rapport à l’édition antérieure – la décision de Nick Hayek représente un coup dur dont les effets n’ont pas tardé à se faire sentir. René Kamm, le directeur de MCH Group qui organise la manifestation a démissionné moins d’une semaine après cette annonce. Le président du conseil d’administration Ulirch Vischer assurera ad intérim la gestion opérationnelle.  

L’action malmenée 

Les grands exposants de la Halle 1.0 sont considérés comme les piliers de la foire. Le départ de ces opérateurs qui réalisent un chiffre d’affaires important représente un cruel manque à gagner pour Baselworld et porte atteinte à l’image de la manifestation. D’autres marques prestigieuses pourraient suivre l’exemple de Nick Hayek lors des prochaines semaines et nul ne sait si le MCH Group parviendra à redresser la barre alors que son dernier exercice s’est déjà conclu sur un déficit de 110 millions de francs. Enfin, le MCH Group a récemment fait part de la fin programmée de la Muba, la Foire suisse des échantillons. Depuis le dernier trimestre 2017, l’action du MCH Group cède du terrain. A la suite des récents événements, elle a encore creusé ses pertes. 

Thèmes similaires

Messen

Le retour de Baselworld

«Baselworld» – l’ancien nom du salon bâlois est de retour.

plus
Watches
 

De Schwerin à Saint-Imier chez Longines

Walter von Känel, Président de l’entreprise horlogère Longines à Saint-Imier prend sa retraite.

plus
News

Changements chez Swatch Group

Le Swatch Group opère des changements à la Direction générale et à la Direction générale élargie du Groupe ainsi que des Nominations à la direction des marques Longines, Rado, Union, Tissot, Certina et Hamilton.

plus