Temps de lecture

5m 16s

Share

L’industrie horlogère se répand sur la toile

A toute chose malheur est bon, dit-on. La calamité qui s’abat sur l’économie en général et sur l’horlogerie en particulier, oblige cette dernière à trouver des solutions dans le monde virtuel: après les boutiques, les musées et les salons se digitalisent également. Le coup d’arrêt a été brutal. Dès le 16 mars en Suisse, commerces et entreprises ont dû mettre la clé sous le paillasson, obéissant aux directives gouvernementales contre la propagation du coronavirus. Déjà impactées par la chute des ventes en Asie, les manufactures horlogères ont été contraintes de tirer la prise – littéralement – pour une durée indéterminée. Une première dans l’histoir . . . Abonnez-vous à la Gold'Or pour continuer

Veuillez vous connecter svp.

Si vous n'avez pas d'abonnement Gold'Or,
vous pouvez vous abonner ici.

Thèmes similaires

Les chiffres du «sell out» enfin disponibles!

The Mercury Project propose aujourd’hui un «sell out index» pour neuf marchés, bien mieux pour évaluer leur santé que les chiffres des exportations.

plus

Changements chez Swatch Group

Le Swatch Group opère des changements à la Direction générale et à la Direction générale élargie du Groupe ainsi que des Nominations à la direction des marques Longines, Rado, Union, Tissot, Certina et Hamilton.

plus

Un plongeon sans précédent

En avril, les exportations horlogères suisses ont chuté de 81,3 pour cent. C’est la plus forte baisse depuis que les chiffres sont enregistrés mensuellement (1988).

plus